Général Paulin COLONNA D'ISTRIA
116ème Promotion de l'EOGN 2010
(14 février 1900 † 04 Juin 1982)

ZIELINSKI Richard

Mise en page pour le net MAGUET Jean-Pierre

Les élèves Officiers de la 116ème Promotion de l'EOGN ont choisi pour Parrain le Général Paulin COLONNA D'ISTRIA. En 1ère année de formation, elle était constituée de 109 élèves-officiers
(dont 36 personnels féminins). Commandée par le Lt colonel BISOGNIN, cette promotion a monté à 141 élèves (dont 39 féminins) en seconde année, elle a quitté l'EOGN après la cérémonie de fin de scolarité le 29 juin 2011.
Fils de militaire de carrière, Paulin Colonna D'ISTRIA est né le 27 juillet 1905 à Petreto Bicchisano en Corse.
Il se destine également à la carrière militaire :
Paulin Colonna d'Istria débute sa carrière militaire au 23ème régiment de tirailleurs algériens le 7 août 1923. Arrivé comme seconde classe, il est nommé caporal le 24 décembre 1923 puis sergent le 25 mai 1924. Le 15 avril 1926, il est affecté au 3ème régiment de tirailleurs algériens. Il participe à la guerre du Rif, mais il doit être rapatrié sanitaire au début de 1926. Il intègre alors l'école militaire d'infanterie et de chars à Saint-Maixent. Sorti comme sous-lieutenant, il fait ensuite successivement un an au 32ème régiment d'infanterie et un an au 7ème Régiments de Tirailleurs Algériens. Nommé lieutenant le 1er octobre 1930, Colonna d'Istria choisit d'orienter sa carrière vers la gendarmerie.
Promu capitaine, il est affecté, en 1936, en Afrique du nord où il se trouve au moment de la déclaration de guerre de septembre 1939.
Il n'accepte pas la défaite et, ayant entendu l'appel du général de Gaulle le 18 juin 1940, il cherche le moyen d'agir.
En janvier 1943, alors qu'il vient d'être nommé adjoint au commandant de la Gendarmerie en Afrique du Nord, il est désigné pour remplacer le commandant de Saule à la tête d'une mission secrète (Pearl Harbour) en Corse, avec l'accord des services britanniques
Il constitue une équipe franco-anglaise dans laquelle il enrôle deux de ses parents. Il est prêt à partir mais, retenu à l'hôpital pour des raisons de santé, ses cousins et un radio anglais partent sans lui. En mars 1943, Paulin Colonna d'Istria se met en rapport avec le commandant Lejeune, officier de liaison entre le cabinet du général Giraud et le SOE britannique, et forme avec lui une seconde équipe avec mission d'unifier et de coordonner les mouvements de Résistance en Corse.
Le 4 avril 1943, il débarque clandestinement, via un sous-marin anglais, sur la côte orientale corse et, à travers le maquis et les montagnes, rejoint la région du Niolo où il établit son PC provisoire. Il s'appuie sur le mouvement Front National pour unifier les différents mouvements de résistance qui sont très divisés. Le FN va passer de 2 000 à 9 000 adhérents en mai. Ils seront 12 000 et plus en septembre, au moment de la libération.
Parallèlement au travail d'unification des mouvements et du recrutement des francs-tireurs, le travail d'équipement se poursuit à travers de nombreuses difficultés. La liaison radio est établie avec l'Afrique du Nord. Plus de cinquante terrains de parachutages sont repérés et signalés. Les armes sont reçues par air et par mer dans un contexte d'arrestations et de répression. Recherché par les Italiens, souvent décelé, parfois effectivement poursuivi, Paulin Colonna d'Istria (Alias : Paul - Césari) échappe à l'arrestation.
Le 9 juin 1943, il repart fortuitement avec un sous-marin britannique pour Alger. Accompagné d'un opérateur radio, Luc Le Fustec (alias Michel), il ramène en Corse, 3 semaines plus tard, dans la nuit du 2 au 3 juillet, avec le sous-marin Casabianca, 12 tonnes d'armes et de matériels divers. Il entre au comité départemental du Front national et organise la lutte préparatoire au débarquement qui a lieu le 11 septembre 1943 à Ajaccio et qui libère, avec l'insurrection de la résistance, le territoire de la Corse.
Le Chef d'Escadron Colonna d'Istria est ensuite placé par le Comité français de la Libération nationale (CFLN) à la disposition du préfet de Corse avant d'être détaché, en novembre 1943, au commandement des Forces françaises en Grande-Bretagne puis d'entrer dans Paris avec la 2e DB du général Leclerc, le 25 août 1944.
Après la Libération, il est élu député à l'Assemblée Constituante. Mais déçu par la politique, il démissionne et reprend sa place dans la gendarmerie. Promu lieutenant-colonel en 1944, il est désigné pour occuper les fonctions de sous-directeur de la gendarmerie à Paris. Promu colonel en 1947, il sert successivement à Alger, à la tête de la Garde républicaine mobile puis à Lyon, au commandement régional de la gendarmerie. Général de brigade en 1957, il prend le commandement de la gendarmerie en Allemagne. Admis dans la 2ème section de l'État Major Général le 27 juillet 1963, il prend sa retraite à la même date et se retire à Toulon le 4 juin 1982, année de son décès.
Après la guerre, il est affecté au commandement de la gendarmerie à Alger puis à Lyon. Promu colonel de Gendarmerie en 1947 puis général de brigade en 1956, il commande ensuite la gendarmerie des Forces françaises en Allemagne. Candidat RPF en 1951, il est élu député d'Alger mais il démissionne rapidement de son mandat. Paulin Colonna d'Istria est décédé le 4 juin 1982 à Toulon. Il est inhumé à Marseille
- Grand Officier de la Légion d'Honneur
- Compagnon de la Libération - décret du 16 août 1944
- Croix de Guerre 39/45 (2 citations)
- Distinguished Service Order (GB)

 

Insigne de l'école (l'écu est amovible : Description héraldique :
D'azur à un semis de grenades de candide parti de gueules à un parchemin de candide broché d'un sabre d'argent gardé d'or posé en barre, cet écu se fixe sur un plateau doré ou argenté. Homologué G 3604 le 22 mars 1989.
Les élèves portent l'écu de l'école sur un plateau doré la 1ère année (Instruction axée sur le coté militaire de l'institution.) et sur un plateau argenté la seconde; période plus (gendarmique…)
Ecusson de manche monté avec velcro porté sur les pulls, chemisettes et veste microporeuse noire.
Devise de l'école est : " Pour la Patrie, l'honneur et le droit ".

 

C'est l un des plus bel insigne de promotion de l'EOGN :
Symboles choisis pour honorer la mémoire du Parrain :
Carte de corse aux couleurs rouge de la Légion d'honneur, noir et vert, symbole de deuil et d'espérance rappelant l'Ordre de la Libération ; Plaque de grand-officier de la Légion d'honneur ;
Taconnet vue en ombre de trois quarts emblème de l'EOGN ; Croix de Lorraine évoquant la libération du territoire ; Grenade vieil or ancien modèle rappelant la gendarmerie en général et la garde républicaine mobile en particulier ; Étoiles de général de brigade ;
Sabre d'officier d'infanterie modèle 1923 en pal, reflétant l'état d'officier. 72 x 33 mm environ
Dos Granuleux Doré avec une épingle sertie verticalement.
Marquages : A gauche sur 4 lignes, 116ème PROMOTION EOGN
GN 0377 (homologation SHGN) 2009-2011 Arthus Bertrand Paris
avec un cartouche pour la numérotation des Elèves (ici vierge pour les Collectionneurs)
on peut voir également les 3 têtes des rivets du sertissage des appliques (Grand Croix et Grenade/sabre)

 

Tissu brodé de la Promotion Reprenant l'insigne sur fond des couleurs de tradition de la Gendarmerie (Bleu et noir) monté avec velcro :Ø 85 mm
Les Décorations du Général (un beau " Placard ")

 

Bâtiment principal avec l'éclairage spécial d e nuit lors des Baptêmes.
Crédit source : EOGN 116ème Promotion.

 

Belle photo de Famille des élèves issus du rang et de leurs cadres.
Crédit source : Bulletin Info de l'EOGN d'Avril 2011.
Ajaccio le 9 Septembre 2012, inauguration de la superbe Stèle digne du Parrain.
Respects mon Général, j'aurais aimé servir sous vos ordres.
Crédit source : Antoine Poletti.

 

Très belle Cérémonie de l'inauguration de la Stèle avec de nombreux porte-drapeau, d'Elus, de Militaire et de civils !
Crédit Source photographique : www.colonnadistria.net
Piquet d'Honneur fournit par la Gendarmerie mobile faisant face à une nombreuse délégation d'officiers supérieurs de toutes Armes.
Crédit Source photographique : site www.colonnadistria.net

 

Quelques villes de la métropole (et d'ailleurs) qui ont jalonné son parcours militaire exceptionnel.
Le légendaire Sous-marin Casabianca
En hommage au Cdt L'Herminier et son équipage sans qui rien ne serait arrivé (ou alors autrement…)
Le 27 novembre 1942, le sous-marin Casabianca s'échappe du port de Toulon alors que l'essentiel de la flotte française fait, elle, le choix déshonorant de se saborder après l'invasion de la zone libre par les Allemands. Le commandant L'Herminier et les 85 hommes de son équipage qui refusent d'abandonner le combat, vont alors devenir l'instrument indispensable à la nouvelle étape de la libération du pays : la reconquête de la Corse. A l'aide de témoignages d'anciens sous-mariniers, d'archives et d'extraits du long métrage " Casabianca " tourné dans l'immédiate après guerre, " L'épopée du Casabianca " revient sur cet épisode méconnu de la Libération de la France.

 

Le Casabiana ralliant Alger. ( le bâtiment le plus cher à son cœur)
Le Casabianca est rayé des listes le 12 février 1952,puis démantelé à partir de 1956. Son kiosque est néanmoins récupéré, puis expédié à Bastia ou il est toujours exposé face au port de commerce.
2 Insignes rares du Sous-marin 1) Fab. Arthus-Bertrand avec poinçon et Paris déposé d'avant guerre.
A droite (2) Fab. US en plastique bombé de 1944 par Eby à Philadelphie (24 x 30 mm)
Insigne (N° 1) offert par le Pacha au Parrain suivant les coutumes de la Royale !

 

Pour info :
Le Général Paulin Colonna d'Istria a perdu son Fils aîné Léo en indochine (1928-1952)
Jeune officier aviateur, pilote de chasse, major de sa promotion à l'École de l'Air, il trouve la mort en Indochine en 1952 (Groupe de Chasse 2/9), à l'âge de vingt trois ans. IL a été fait Chevalier de la Légion d'Honneur à titre posthume.
Alors qu'il était encore élève du Prytanée Militaire de la Flèche, il avait été, à peine entré dans l'adolescence, cité et décoré de la Médaille Militaire pour fait exceptionnel de Résistance.
Pris les armes à la main à la suite d'un violant accrochage entre un détachement allemand et un groupe de partisans dans lequel il s'était enrôlé, il est fait prisonnier et amené sous bonne garde en camionnette.
À la suite d'une conversation en allemand, langue qui lui était familière, entre deux officiers et les soldats chargés de l'escorte, il apprend le sort qui lui est réservé.
Désormais, se sachant voué à une mort certaine, sur ses gardes, attentif à l'extrême à tout ce qui se passait, il réussit à s'évader malgré la surveillance étroite dont il était l'objet et cela, au prix d'un grand courage, d'une présence d'esprit et d'une audace peu communes.
Toutes les recherches entreprises alors pour le retrouver furent vaines, au grand désespoir de ses poursuivants. (Bon sang ne saurait mentir !)
Additif :
Extrait du Courrier de l'Aspirant Romaric LECLERC, (Sénéchal de la Promotion) à Mme Irène Colonna d'Istria, Belle-fille du Général, pour une prise de contact et l'organisation des cérémonies.
Madame, c'est en ma qualité de Sénéchal de la 116ème promotion de l'école des officiers de la gendarmerie nationale de Melun que je viens par le présent courrier prendre un premier contact avec vous.
Depuis le XIXème siècle, il est de tradition de donner un nom à chaque promotion des grandes écoles militaires. Généralement, la coutume veut que soit prioritairement retenu le nom d'un pair tombé au combat, reconnu pour des faits d'armes ou pour les valeurs qu'il symbolise.
C'est à ce titre aujourd'hui que je me fais le porte parole de mes camarades pour vous témoigner notre joie suite à la décision du Directeur Général de la gendarmerie nationale. En effet je suis particulièrement honoré de vous annoncer que la 116ème Promotion de la gendarmerie nationale portera le nom de " Général Colonna d'Istria " à l'issue de son baptême qui se déroulera le 30 Juin 2010 lors d'une cérémonie militaire présidée par Monsieur Brice HORTEFEUX, ministre de l'Intérieur, de l'Outre-mer et des collectivités territoriales

 

ZIELINSKI Richard (ER)
Remercie particulièrement
L'Adjt BIBENS Eric du Musée
de la Gend. Nat. à MELUN
Sources : EOGN et blog familial des Colonna.
Aix en Provence Sept. 2015


Retour